L’Égalité F/H : Le plan d’action gouvernemental de Marlène Schiappa

égalité professionnelle

“La prévention, l’action et la répression.” : voici les trois temps du plan d’action gouvernemental sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, évoqués par la secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, le lundi 28 août au cours de l’émission “Tout est politique” sur franceinfo. Concernant les “sanctions” possibles pour les entreprises ne respectant pas ce plan, Marlène Schiappa a indiqué vouloir construire un “dispositif pour aller directement prélever les amendes et les réinjecter dans le budget de l’État”. Elle a également souligné avoir signé avec le Défenseur des droits une convention permettant non seulement “de multiplier les contrôles aléatoires auprès des entreprises mais aussi d’aller vers plus d’information sur les droits des femmes au travail”.

Lors de l’émission “Tout est politique” sur franceinfo, le lundi 28 août 2017, Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, a détaillé les trois temps du plan d’action gouvernemental sur l’égalité professionnelle, qui sont “la prévention, l’action et la répression”.

En matière de prévention, le gouvernement veut agir sur toutes les causes des inégalités professionnelles : orientation des jeunes filles, sécurisation du congé maternité pour les agricultrices, les cheffes d’entreprise ou les professions libérales, implication des hommes dans la sphère familiale pour rééquilibrer la conciliation vie professionnelle-vie familiale.

Concernant l’action, se tiendra le 12 septembre “une formation pour les dix entreprises les moins bien classées selon le baromètre annuel Ethics and Boards”, qui mesure la mixité des instances dirigeantes, celles “qui respectent le moins la féminisation des entreprises et l’égalité professionnelle”.

Pour le volet répression du plan, Marlène Schiappa précise qu’un dispositif nouveau va voir le jour pour collecter les amendes auprès des entreprises manquant à leur obligation d’avoir souscrit un accord ou un plan d’action en faveur de l’égalité professionnelle.